Un soin de la peau digne d’un spa avec le rituel de Sakura

rituals-rituel-sakura-exfoliant

Récemment, je me suis rendue compte que même si Rituals est une marque que j’apprécie, je n’avais testé que très peu de leurs produits jusqu’à maintenant. C’est principalement l’esprit relaxant, et le côté « qualité » qui m’attirent ! Tout semble tellement recherché, la marque a un vrai concept, et son propre univers qui la démarque des autres. Et ça, on adhère ou pas, mais personnellement j’adore. Et même si toutes les gammes de produits ne m’attirent pas forcément, j’ai une réelle préférence pour le Rituel de Sakura, principalement pour son côté olfactif. Cette gamme qui associe les vertus du lait de riz biologique et les bienfaits des fleurs de de cerisier est très certainement ma favorite grâce à son odeur, qui n’est que légèrement fleurie, mais que je trouve surtout très douce et relaxante. Idéale pour un moment de bien-être après une longue journée ! C’est donc naturellement vers elle que je me suis dirigée lorsque j’ai reçu un bon cadeau de chez Rituals pour mon anniversaire : c’était l’occasion de tester un nouveau produit !

rituals-rituel-sakura-exfoliantrituals-rituel-sakura-exfoliant

J’ai donc jeté mon dévolu sur l’exfoliant de la gamme, à base d’un mélange de sucre et d’huiles adoucissantes. Pour la première fois, j’ai réellement été surprise par le produit : tous les exfoliants que j’ai pu tester jusqu’à présent, qu’ils soient à base de sucre ou de sel, avaient une texture comme une petite pâte, soit crémeuse, ou encore gélifiée. Celui-ci se démarque totalement des autres, car  on y retrouve le sucre, imbibé d’huile, qui remonte jusqu’à la surface. Il n’a donc pas cette texture que peuvent avoir les exfoliants classiques : on « plonge » sa main pour récupérer une petite quantité de produit, qui se mélange en même temps à l’huile, pour avoir un produit doublement efficace : une peau débarrassée des peaux mortes, tout en étant hydratée.

 rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant

Je trouvais donc le produit légèrement compliqué à prélever au début, mais cette combinaison est tout simplement idéale ! Le produit comprenant de l’huile d’avocat, d’amande douce, de jojoba et de macadamia pour n’en citer que quelques-unes,  il offre vraiment une sensation des plus agréables lors de l’application : comme dans un spa ! Le fait d’être associé à de l’huile permet au sucre d’exfolier la peau tout en restant doux. Il se dissout légèrement, pour finalement laisser un film hydratant sur l’épiderme. Cette sensation, on aime ou pas, mais je trouve cela personnellement très agréable, car ce n’est pas gras. Je trouve d’ailleurs ça plus efficace que ces produits dits « hydratants sous la douche ». Lorsque je l’utilise, je ne ressens pas du tout le besoin de repasser avec un soin hydratant quel qu’il soit. Ma peau est douce comme des fesses de bébé, et soyeuse à souhait !

rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant rituals-rituel-sakura-exfoliant

En conclusion, j’ai été très agréablement surprise par ce produit. J’ai sincèrement l’impression de me faire un soin digne d’un spa lorsque je l’utilise, principalement grâce à la formulation du produit. Le plein d’huiles hydratantes dans un exfoliant, c’est ce qu’il y a de mieux pour rendre un produit efficace et appréciable à la fois !

Et vous, avez vous déjà testé le Rituel de Sakura, ou les produits Rituals en général ?

Mathilde

Rendez-vous sur Hellocoton !

La petite fille à la flûte traversière.

Il y a maintenant quatre ans, j’ai reçu mon diplôme de flûte traversière. Dix ans que j’en jouais, déjà. La musique, ou plutôt jouer d’un instrument, c’est un sujet que je ne vois jamais sur les blogs – ou tout du moins, ceux que je peux suivre – c’est pourquoi, j’ai eu envie d’en parler, et parler un peu de ce que ça a pu m’apporter, même si maintenant je ne prends plus aussi souvent mon instrument qu’avant.

C’est, je pense, aux alentours de deux ans et demi que j’ai décidé que je voulais faire de la flûte traversière, alors que j’étais dans le fauteuil, devant un concert de Noël. L’envie m’est restée, j’ai donc commencé par du pré-solfège, et à 7 ans, j’ai tenu pour la première fois cet instrument qui me faisait rêver dans les mains. A ce moment là, c’était une flûte que je louais à une autre élève, et j’étais tellement petite que mes doigts arrivaient à peine aux dernières touches, mais c’était le bonheur. Tous les samedis matin, j’allais à l’académie, avec ma petite mallette Barbie qui grinçait en l’ouvrant, et mon petit livre de partitions orange, rejoindre ma jeune professeur bourrée de talent. Je faisais les exercices de respiration, apprenais les notes. En parallèle, j’étais obligée de faire du solfège, même si personnellement, je trouve que ça n’apporte pas grand chose, étant donné qu’on apprend tout aussi bien lors de l’apprentissage de son instrument.

IMG_3314

Les années ont passé, les cours sont passé du samedi au mardi juste après l’école, où parfois on m’appelait « La petite fille à la flûte traversière », vu comme ce n’est pas forcément commun comme instrument. C’était facile, l’académie se trouvant juste à côté de l’école, je n’avais qu’à traverser la rue, et je passais mon après-midi dans cette petite classe que je connais trop bien, à faire mes devoirs, écouter les autres élèves, et moi-même apprendre. Un instrument, ça ne s’apprend pas « comme ça ». Il faut de l’entraînement, du travail et de la constance. J’ai appris déjà jeune à persévérer même quand je n’y arrivais pas, en travaillant un peu chaque jour. Je pense que ça m’a aussi beaucoup appris pour l’école, autant pour être capable de travailler de façon indépendante, que pour apprendre à aller au bout des choses. Car quand on aime, on ne lâche pas, et on continue de travailler et persévérer.

J’ai aussi appris beaucoup de techniques, la flûte traversière étant un des instruments les plus difficiles – mais pas aussi compliqué que le violon, c’est certain. C’est tellement satisfaisant d’entendre quelqu’un jouer, de se dire « si seulement je pouvais faire ça » et quelques années plus tard, se retrouver à apprendre le même morceau. La musique m’a aussi ouverte à d’autres choses, et m’a simplement élargi ma culture musicale. Quand, au début de l’adolescence tout le monde ne jurait que par les chansons passant à la radio – moi aussi, je chantais et dansais sur du Destiny’s Child évidemment – à côté, je découvrais des morceaux tantôt de Beethoven, tantôt de Bach, en passant par plein d’autres compositeurs talentueux. Et les rares fois où je venais à en parler à l’école, c’était pour qu’on me réponde « Hein c’est qui ça ? Oh du classique, pfouh c’est vieux et pourri. ».

Je dis les « rares fois où j’en parlais », car la musique était vraiment mon « jardin à moi », mon échappatoire. Je peux même dire que pendant l’adolescence, lorsque tout allait au plus mal et que je passais mes journées à pleurer, le mardi après-midi était mon seul moment de bonheur, celui qui me faisait garder la tête hors de l’eau. Je savais que j’étais en sécurité, dans un environnement positif, avec des personnes qui ne me voulaient que du bien. Jouer était la bouffée d’air dont j’avais besoin, celle dans laquelle je versais mes émotions, mais qui aussi, me permettait de les contrôler, et m’apaiser. Mon professeur était la personne à qui je me confiais, près de qui je pleurais aussi (beaucoup, la pauvre), et qui est au fil des années, devenue une amie. Elle m’aidait à m’améliorer dans ma musique, et me permettait de choisir des morceaux me correspondant, dans lesquels je me retrouvais, que je prendrais plaisir à apprendre, répéter, et travailler. Certains d’entre eux reflétaient aussi mes émotions.

Chaque morceau a son histoire, et elle est interprétée différemment, en fonction des personnes. Cet aspect jouait avec ma créativité, j’aimais mettre en scène une histoire reflétant les notes que je jouais, en l’interprétant à ma façon. Ce côté, l’imagination, permet d’ajouter des émotions à la technique, et à lier le tout.

La musique m’a aussi permis de me dépasser. Moi qui étais une adolescente très renfermée, j’ai commencé à jouer dans un groupe de flûte, dans lequel j’ai commencé en tant que « petite », pour terminer au bout des 10 ans avec la responsabilité de voix « portantes ». J’aimais jouer seule (je n’aimais même pas jouer devant ma famille), et je me suis pourtant retrouvée quelques fois dans l’orchestre de l’académie, à jouer pour le Télévie, et d’autres occasions. La peur au ventre, je la dépassais petit à petit, en étant fière de moi en descendant de scène.

Aujourd’hui, je n’aime toujours pas jouer devant des gens. J’ai d’ailleurs délaissé mon instrument (qui m’appartient étant donné que je l’ai acheté après quelques années que je jouais) lors de mes études, principalement car je n’avais plus les cours toutes les semaines étant donné que j’étais diplômée, mais aussi car les études me prenaient trop de temps. J’ai à ce moment là aussi commencé à bloguer, je me suis trouvée une passion supplémentaire, et j’étais aussi beaucoup mieux dans ma peau. Et puis, il y a plusieurs mois, je l’ai reprise. Un peu, comme ça, et ça m’a fait du bien de retrouver les touches, de voir que non, je n’avais pas tout perdu.

La musique m’a beaucoup apporté, autant au niveau du travail, qu’au niveau artistique. Ça m’a aussi apporté une ouverture d’esprit, et ça m’a aidée, plus que ce que je pensais à ce moment là de ma vie. J’ai eu envie d’aborder ce sujet, tout simplement d’écrire, car je ne vois jamais parler musique, et même si j’ai plus raconté une partie de ma vie, et que ça me semble tellement personnel que je ne sais pas si j’aurai le courage d’appuyer sur « publier ». Mais si vous aussi, vous faites, ou avez fait de la musique, j’aimerais beaucoup lire votre expérience, et ce que ça a pu vous apporter.

 Mathilde

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vivid Matte Liquid de Maybelline : le flop assuré ?

Vivid-matte-liquid-maybelline-makeupSi vous me suivez sur Twitter, vous avez certainement du voir ma quête aux produits à lèvres Maybelline il n’y a pas longtemps. Prise d’une envie et très déterminée, j’ai filé chez Di en Belgique, dans l’espoir de trouver deux produits de chez Maybelline : les Vivid Matte Liquid, ainsi que les Color Drama by Color Show. Et figurez-vous que ce jour là, je suis rentrée bredouille. Ce retour les mains vides a pourtant été « un mal pour un bien », et m’a certainement évité une déception encore plus grande, étant donné que j’ai appris une information « capitale » (j’envoie les grands mots) à propos des Vivid Matte Liquid.

Du coup, j’ai un peu pesé le pour et le contre : « achètera, achètera pas ? ». J’ai finalement décidé de craquer pour l’une des teintes, pour pouvoir vraiment tester par moi-même, vous en donner mon avis, et surtout profiter du prix d’entrée sur le marché, qui est de 6€ et des brouettes. Autant dire qu’on n’est pas volées !

Vivid-Matte-Liqui-d-nude-thrill

Mais les Vivid Matte Liquids, c’est quoi ? Selon la marque :

« Infusée de pigments purs pour une couleur percutante. La couleur s’applique aisément sur les lèvres pour un fini mat »

Disons-le tout de suite, je ne suis pas DU TOUT d’accord avec eux ! Mais commençons par le début : le format. Il s’agit, comme vous avez pu le constater si vous ne connaissez pas encore le produit, d’un rouge à lèvres liquide, avec un embout mousse, format faisant absolument fureur en ce moment. L’applicateur est assez plat, à l’instar des Matte Me de chez Sleek, mais il est cependant plus épais, ainsi que plus arrondi au bout.

Vivid-Matte-Liqui-d-nude-thrillVivid-Matte-Liqui-d-nude-thrill

La teinte que j’ai choisie est la 05 Nude Thrill, un nude beige, aux sous-tons un chouia pêche, pile comme je les aime, les teintes plus claires et rosées ne me correspondant pas du tout. Lors de l’application, la teinte reste parfaitement fidèle au tube, et la pigmentation est telle qu’en un passage on obtient un rendu parfaitement opaque.

L’application est d’ailleurs des plus agréable, j’aime particulièrement la texture veloutée qui donne vraiment l’impression de l’appliquer du velours sur les lèvres. La sensation est douce et crémeuse, loin d’un produit asséchant. Jusque là, c’est pour moi un sans fautes !

Vient ensuite l’étape du rendu, et c’est là que ça me chiffonne. Le produit dit « MATTE », la marque dit « mat », et pourtant, j’ai été prévenue que c’est tout sauf le cas. Je me suis donc renseignée, j’ai regardé pas mal de swatches, et en effet. Cependant, j’aimais quand même le rendu, c’est la raison pour laquelle je me suis lancée : en sachant que le produit n’était pas mat, et je le confirme. Etant donné que j’en étais consciente, je n’ai donc pas été déçue par la constatation ! Il n’est selon moi ni mat, encore moins glossy ou crémeux. Je le considère plus comme satiné, un peu comme les Ultra Satin Lip de Colour Pop, au vu des swatches (vous pouvez voir un exemple chez ma copine Atchia). Il reste confortable durant la journée, et a tout de même une très bonne tenue, malgré qu’il ne soit pas mat !

Vivid-matte-liquid-maybelline-makeupVivid-matte-liquid-maybelline-makeup

J’ai aussi décidé de vous partager un des looks que j’ai pu porter avec, étant donné que ce produit ne quitte pas mes lèvres dernièrement. Au niveau des yeux, j’ai exclusivement utilisé la palette Enchanted Forest de Sleek, avec comme petite touche originale, un ras de cil magenta/violet mat, qui reste tout de même subtil. Cette palette ne me quitte plus non plus, et vous pouvez retrouver la revue, avec des swatches dans cet article : « Enchanted Forest by SLEEK« .

Vivid-matte-liquid-maybelline-makeup Vivid-matte-liquid-maybelline-makeupVivid-matte-liquid-maybelline-makeup

En conclusion, je trouve qu’en soi, c’est un bon produit pour les lèvres, mais le produit n’est pas mat. J’en étais consciente, donc je n’ai pas été déçue, car ce n’était pas une surprise. Mais je pense que la marque a franchement raté son coup au niveau du nom. Lorsqu’on écrit mat, la cliente attend un produit tel, surtout avec tout ce que l’on peut désormais retrouver sur le marché dans cette catégorie de produit en pleine croissance. Les premières à les tester n’avaient pas forcément de revues à aller lire, et je suppose que ça a dû être la grande déception. Mais il faut aussi garder en tête qu’une marque comme Maybelline touche aussi « Madame tout le monde« , qui n’ira certainement pas lire des revues sur le produit avant d’aller l’acheter, comme une beauty addict le ferait. Elle voit un nouveau produit en magasin, lit sur le packaging « MATTE », attendra du mat, et sera certainement elle aussi déçue, même si en soi, le produit n’est pas mauvais, mais tout simplement car il ne rencontre pas sa promesse. Maybelline, c’est un marketing complètement raté pour le coup ! Alors que s’ils avaient proposé ça comme un « liquid satin lipstick » ou quelque chose de similaire, ça aurait très bien collé, surtout qu’à ma connaissance on ne retrouve pas ce genre de produit en grandes surfaces !

Je ne sais donc pas en penser, car pour moi c’est un flop total au niveau de la promesse, mais en soi, je l’apprécie quand même. On dit quoi dans ces cas-là ?D’ailleurs si vous les avez aussi testés, donnez-moi votre avis: ils vous ont plu ? Avez-vous été déçues ?

Mathilde

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un look magenta caméléon avec Topshop Beauty

Enfin un nouveau look sur le blog ! J’ai l’impression que ça fait tellement longtemps, simplement car ces dernières semaines, j’ai photographié pas mal de makeups, mais à chaque fois, quelque chose ne fonctionnait pas : la qualité des photos, le focus, etc.. Déjà que je suis rarement satisfaite du rendu de mes photos, mais là c’était no way haha !

IMG_3184

Aujourd’hui, je viens vous parler d’un fard à paupières en particulier. En réalité, j’avais déjà fait des photos du produit tout neuf il y a quelques mois, mais j’ai du les supprimer sans m’en rendre compte, étant donné qu’elles ont totalement disparu. Vous m’excuserez donc pour ça ! Ce fard à paupière est plutôt unique, et je n’en ai pas deux de ce genre dans ma collection, étant donné qu’il s’agit d’un fard caméléon. Il provient de chez Topshop – si vous ne le savez pas, le marque a une gamme de cosmétiques, avec pas mal de chouettes produits – et son petit nom est U-Turn. La particularité du fard caméléon ? Il reflète différentes couleurs, selon la lumière à laquelle il est exposé, et l’angle depuis lequel on le regarde. On a donc droit à une palette de couleurs sublime ! Celui-ci possède des tons passant du brun, au mauve, au vert.

Deux autres fards sont disponibles, l’un étant plus dans les tons chauds avec du cuivré, et l’autre allant du violet au bleu – fard que je souhaitais au départ mais que je n’ai finalement trouvé nul part.

IMG_3225aIMG_3218

Pour ce look, j’ai longtemps réfléchi : j’avais déjà utilisé ce fard sur des tons bruns, et je n’aimais finalement pas le rendu en photos. J’ai donc cette fois-ci opté pour ma palette Enchanted Forest de Sleek et ses deux fards dans les tons mauves et magenta. J’ai d’abord utilisé le fard magenta clair sur toute la paupière mobile – pour lui donner plus d’intensité, j’utilise une base à paupières – et j’ai foncé le coin externe avec le fard le fard plus sombre.  Pour estomper les bords, j’ai utilisé ma palette Flawless Matte de chez Makeup Revolution (que l’on peut d’ailleurs retrouver chez Di maintenant !), et j’ai pris l’un des fards taupe clair pour estomper.

Le fard caméléon n’étant pas des plus intense, celui-ci dépose principalement des paillettes, et laisse transparaître le fard en dessous, c’est pourquoi j’ai préféré opter pour une couleur vibrante, plutôt qu’un ton neutre. Il fait beaucoup de chutes, et n’est pas des plus pigmentés, je fais donc en sorte d’humidifier mon pinceau avant de prélever le fard. Cette étape aide à mieux l’appliquer sur toute la paupière, tout en gardant un effet néanmoins subtil. On peut évidemment le rendre bien plus pigmenté avec des couches supplémentaires, mais ce n’était pas ce que je recherchais pour ce look-ci.

IMG_3179 IMG_3212a

Au final, le fard offre un rendu assez original au maquillage, le rendant unique avec ses reflets tantôt discrets, tantôt un peu plus voyant, tout en restant (presque) subtil.

Je dois dire, après avoir vu les photos sur l’écran de mon ordi, j’ai trouvé qu’il manquait un quelque chose à ce look,  comme s’il n’était pas terminé. Je pense que je l’aurais  bien plus apprécié avec un trait de liner, et la muqueuse plus définie, mais je souhaitais tellement vous le poster quand même , que je me voyais mal recommencer une énième fois !

IMG_3187    IMG_3224

Highlighter Horizon Topshop – Fard à paupières U-Turn Topshop – Palette Enchanted Forest Sleek – Palette Flawless Matte Makeup Revolution

IMG_3225

Où shopper ces produits ?

Vous pouvez retrouver Topshop sur leur site, ou encore sur Asos.

Sleek est maintenant disponible chez Di, mais aussi sur les sites CoinMakeup & Boots.

Finalement Makeup Revolution a maintenant quelques palettes disponibles chez Di (dont celle-ci), mais il est aussi possible de commander sur leur site.

Je serais ravie d’avoir votre avis sur ce look !

Mathilde

Rendez-vous sur Hellocoton !

Préparer ses gambettes pour l’été

L’été va bientôt pointer le bout de son nez (enfin, on espère vu comme le printemps semble nous bouder) et on pourra enfin sortir jolies robes, petits shorts et jupes à volants. Mais avouons-le, c’est beaucoup plus agréable à faire si nos petites jambes (quand je dis petites je parle pour moi, du haut de mon mètre 58) sont déjà prêtes. Je ne parle pas ici de sport pour les affiner ou encore d’autobronzant pour déjà avoir un teint hâlé. Non non, je parle simplement de jambes en « bonne santé » si je puis dire, sans peaux mortes, bien hydratées, et toutes douces. Qui a dit qu’on ne pouvait pas avoir de jolies jambes sans bronzage ? Alors pour l’occasion, j’ai décidé de partager avec vous quelques produits me plaisant le plus dernièrement, autant niveau efficacité que niveau olfactif.

gambettes-ete gambettes-ete

Le premier produit est plutôt un appareil, histoire d’avoir les jambes bien douces, et ce sans douleur. Il s’agit du Silk Epil 9 de chez Braun, qui est peut-être le seul que j’arrive à utiliser, sans douleurs. J’avoue tout, je suis une vraie douillette, et je suis toujours restée bien loin des épilateurs, trop douloureux pour moi. (C’est simple, je le passais à peine sur la peau que j’arrêtais. J’ai déjà fait une moitié de jambe aussi, très pratique point de vue résultat…) Je pense que je dois utiliser celui-ci depuis environs un an, et je l’apprécie beaucoup. Je ne sais pas vraiment ce qu’il a de révolutionnaire par rapport aux autres et à ma peau, mais il ne me fait pas mal, et c’est une première ! En plus de ça, son packaging blanc et rose fushia n’est pas à négliger, il est aussi joli.

gambettes-ete

Niveau exfoliant, mon GROS favoris du moment est le Smoothie Star de chez Soap & Glory. Cette marque est l’un de mes coups de coeur concernant les soins du corps, et cet exfoliant est une pure merveille. Son odeur est très sucrée et cocooning (agréable tant que les températures restent aussi pourries) et il est par ailleurs très efficace. Composé d’avoine, de sucre et de karité, il permet de se débarrasser efficacement des peaux mortes grâce aux grains de sucre, et de laisser par la suite la peau douce, sans l’irriter, grâce au karité. L’avantage est que les grains ne fondent pas instantanément au contact de l’eau, on peut donc bien exfolier avec des mouvements circulaires, jusqu’à ce qu’ils se dissolvent petite à petit.

gambettes-ete

Vient ensuite l’hydratation, et comme j’avais du mal à faire mon choix, je vous ai fait une sélection de trois produits, répondant à différents besoins, et allant jusqu’au plus hydratant parmi ceux que je possède.

Le premier produit est l’Ultimate Beauty Oil de Garnier, une huile sèche pour le corps. Celle-ci est idéale à appliquer en été, ou avant de sortir les jambes découvertes. Elle permet d’apporter un éclat instantané à la peau.
ASTUCE: bien plus pratique à utiliser qu’un beurre corporel lorsqu’il fait chaud et qu’on a des vêtements à enfiler par dessus. Il ne faut pas une demi-heure pour enfiler un short parce qu’il colle à la peau et qu’il ne veut pas monter plus haut que le genoux (on connait toutes cet épisode, avouez). Au contraire, l’huile sèche permet de faire littéralement glisser les vêtements sur la peau, ils s’enfilent comme pour rien, sans pour autant être tâchés. Pour moi, c’est LE produit à emporter en vacances !

Le second produit est un beurre corporel, apportant plus d’hydratation. The Righteous Butter, encore une fois de Soap & Glory, est enrichi en beurre de karité et aloé vera. Le produit est vraiment crémeux et hydratant, sans pour autant être trop gras. Son odeur divine en plus, on a l’impression de s’immerger dans un voile d’hydratation. Je ne m’en lasse décidément pas !

Finalement, si on est vraiment en mode peau de crocodile, autant nourrir la peau en profondeur, et mon arme secrète est le Beurre Corporel à l’Huile d’Argan de The Body Shop. J’avais acheté la version miniature, et j’ai tellement été convaincue que j’ai finalement craqué pour le grand format. En plus de l’odeur divine aux allures légèrement orientales, le produit a une matière très consistante, est est hyper nourrissant pour la peau. Elle est hydratée en profondeur, et est à nouveau toute douce.

gambettes-ete

Et vous, quels sont vos produits favoris pour avoir de belles jambes pour cet été ?

Mathilde

Rendez-vous sur Hellocoton !